Christian Boltanski est né le 06 Septembre 1944, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale  d'un père juif d'origine russe et d'une mère corse chrétienne; il est resté marqué par le souvenir de l'Holocauste

Christian Boltanski est un artiste autodidacte : Il commence à peindre en 1958, à l’âge de 14 ans, alors qu’il n’a jamais connu de véritable scolarité ni suivi de formation artistique au sens traditionnel du terme. La plupart des tableaux qu’il réalise alors sont en majeure partie de grands formats représentant des personnages dans des circonstances macabres ou bien encore des scènes d'histoire.


En 1966 il rencontre Jean Le Gac avec qui il collaborera quelques années à partir de 1969.

À partir de 1967 Boltanski se tourne vers l'écriture et expérimente d'autres modes d'expression, comme la rédaction de lettres ou de dossiers qu'il envoie à des personnalités du monde de l'art.

1968 est la date de sa première exposition personnelle. Cette dernière eu lieu au théâtre du Ranelagh, à Paris : il y présente des marionnettes grandeur nature, confectionnées de façon volontairement grossière, et un film dont le titre indique la teneur de ses premiers travaux, La Vie impossible de Christian Boltanski.
Il publie son Parution de son premier livre Recherche et présentation de tout ce qui reste de mon enfance, 1944-1950 en 1969. C'est l'apparition du thème autobiographique.

1970 marque le début de sa série des Vitrines de référence, travail qu'il poursuit jusqu'en 1973.

En 1972, il expose pour la première fois à la Documenta 5 de Kassel en Allemagne dans la section intitulée « Mythologies individuelles ».

Après avoir travaillé l'autobiographie sur le mode ludique avec la série des Saynètes comiques de 1974, il se débarrasse de son propre personnage pour s'intéresser en 1975, aux codes culturels et aux lieux communs, tels que les portraits dans la publicité, ou encore le voyage de noces à Venise. Pour traiter ces nouveaux thèmes, il utilise la photographie couleur, dans de grands formats.

En 1977, il commence la série des Compositions, avec des photographies de très grands formats.

Une exposition rétrospective au Musée national d'art moderne lui consacre une exposition rétrospective en 1984. Boltanski trouve la une nouvelle manière de montrer son œuvre. L'exposition se compose de deux parties, l'une autour du thème de l'autobiographie avec des pièces faites de documents et d'archives ; l'autre présente de grandes photographies plus proches d'un travail pictural classique.

En 1985 débute la série des Monuments basée sur des photographies de visages

Invité à la Biennale de Venise de 1986, Boltanski investit l'espace d'une ancienne prison et met en scène son exposition dans la pénombre

Il traite en 1987 du thème de l’Holocauste pour la Documenta 8 de Kassel, il traite du thème de l'Holocauste, qu'il avait déjà abordé, mais de manière moins directe.

1988 fait place à un nouveau matériau dans son œuvre : le vêtement.

Il débute une nouvelle série en 1990 qui sera elle intitulée Les Suisses morts. Il s'agit d'œuvres qui utilisent des photographies tirées de la rubrique nécrologique d'un journal suisse. Avec cette série, Boltanski porte une réflexion sur tout type de mort.

Il expose à Paris au Musée d'art moderne en 1998. L’exposition Dernières années est conçue comme une seule œuvre à travers laquelle on chemine.


Boltanski renoue avec le thème de l'autobiographie en 2003 lors de l’exposition Entre-temps à la galerie Yvon Lambert à Paris.

Pendant toute l'année 2004, le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme, à Paris, expose son Théâtre d'ombres.

 Il débute en 2005 les Archives du cœur. Cela correspont à l’enregistrement de battements de milliers de cœurs à travers le monde. Ces derniers seront conservés à l’abri du temps dans l’île japonaise de Teshima.

Il réalise des installations sur le thème de la mémoire individuelle et collective à Stockholm en Suède en 2008 dans le cadre des Archives.

Enfin en 2010 il réalise l’œuvre Personnes au Grand Palais à Paris lors de l’exposition Monumenta 2010,

 

En couple avec l'artiste Annette Messager , Christian Boltanski est aujourd'hui reconnu comme l'un des principaux artistes contemporains français. Il enseigne à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et vit à Malakoff.

Reconnaissance de son travail, Boltanski est choisi pour représenter la France à la Biennale de Venise 2011.