Christian Boltanski est l’un de ces artistes dont la vie et l’œuvre se nourrissent réciproquement. Il peut être considéré comme un artisan de la mémoire, un plasticien du temps. Une des particularités de Boltanski est sa capacité à reconstituer des instants de vie avec des objets qui ne lui ont jamais appartenu.

L’ensemble de son œuvre est basé sur des références biographiques, celle de sa vie, celle des autres, celle d’anonymes, qui s’accumulent afin de former un ensemble à forte charge émotionnelle. L’engagement artistique de Boltanski relève presque de la thérapie, par ce retour sur les traces et les traumatismes du passé.

Boltanski ne se souci pas de la véracité de ses œuvres, son but n’étant pas de remplacer un historien. Il cherche simplement à restituer des faits relatifs à l’enfance, à la famille, à la mort, à la mémoire et à la banalité, l’inconscient. 

Pour cela il part d’éléments banaux tels que des coupures de journaux, des boîtes en fer-blanc rouillé, de vieilles photographies, des vêtements usagés ou encore des films qui font appel à la "petite-mémoire" c'est-à-dire la mémoire affective

Son œuvre tente de faire en sorte que le visiteur s’approprie l’œuvre : vitrines d’objets divers, portraits d’anonymes, de vieux vêtements usagés… le but étant de créer une ambiance nostalgique. Mémoire personnelle et mémoire collective se rejoignent et s’unissent donc dans un effort incessant, se dressant comme un rempart contre l’oubli et la mort. D’ailleurs pour Boltanski : « L’art est une tentative d’empêcher la fuite du temps »
L’art de Christian Boltanski agit donc sur chacun tel un miroir au travers duquel le temps fait son travail, avec ses drames, ses tragédies, ses peurs. Boltanski le dit lui même : « Un artiste n’a plus de vie, il n’est que le miroir des autres »

Sa pratique de l’art s’est transformée avec les années en un art se rapprochant du théâtre, il privilégie désormais les lieux chargés d’histoire. Ses œuvres se conçoivent aujourd’hui à l’échelle de l’exposition qui, à chaque fois, forme un tout, une œuvre à part entière comme par exemple son œuvre éphémère Personnes qui pris place dans le Grand Palais à Paris en 2010.
Si l'œuvre de Christian Boltanski appartient au registre le plus contemporain de l'expression plastique par la multitude des matériaux employés, la pâte à modeler, le carton ondulé, la photographie ou des objets trouvés, l'artiste revendique néanmoins une filiation avec la peinture traditionnelle qu'il a pratiquée à ses débuts.